Sur les rives de la Cantia

Premier volet

 

Génése

Ce projet photographique fait suite à l’aventure « Monasteriolum », réalisée en 2010.

Le monde fantastique, associé au contexte historique, fait parti de mes sujets de prédilection.

« Monasteriolum » évoquait celui se trouvant dans l’hagiographie des Saints de notre territoire.

« Sur les rives de la Cantia », prolonge ce thème légendaire et envoûtant en s’appuyant sur la vie paysannes et les croyances s’y rapportant.

Ce premier volet donne le ton pour les suivants.

 

 

Personne ne peut soupçonner l’incroyable vie sur les rives de la Cantia.

 

Notre voyage commence au nord du pays Franc, à quelques kilomètres à l’ouest de Monasteriolum, la ville du petit monastère. Au pied de cette cité marchande coule la Cantia.

Poser le pied sur les berges de cet antique fleuve n’est pas chose aisée.

Avant d’entreprendre ce périple, il faut savoir que celui-ci ne sera pas exempt de dangers. Les plus angoissants étant les possibles rencontres d’êtres et de créatures échappées parfois des cauchemars de notre imaginaire.

 

C’est à la tombée de la nuit que commence la découverte du pays merveilleux. Mais n’y participe pas qui veut, il vous faut une invitation. C’est cette enfant qui vous l’accorde. Vous l’obtiendrez parce que vous avez le cœur pur. Plus en aval, vous découvrirez la dévotion la plus simple. Ces humbles paysans partageront avec vous leur quotidien. Chaque soir, ils remercient le soleil d’avoir illuminé leur journée de labeur.

Vous comprendrez rapidement que ce chemin recèle de sournoises embûches. Dans les environs d’Attinium, vous ne serez pas à l’abri de croiser un succube qui vous fera de fallacieuses promesses. Il mettra ainsi à l’épreuve votre moralité.

Une fois cette expérience passée, le monde magnifique de la Cantia s’ouvrira à vous.

Des paysages surgissant des contes de votre enfance, peuplés de personnages simples, tel ce berger menant son troupeau dans les molières proches de Stapulae, ou encore ces jeunes  pêcheuses de sauterelles.

 

Puis apparaît l’estuaire de la Cantia, et c’est déjà la fin de votre voyage. L’océan vous accueille. Au-delà de l’horizon se devinent les terres d’Albion, un pays également propice à l’univers féérique…

 

Ceci n’est qu’un volet des trésors cachés de la Cantia. À l’est, d’autres ombres, d’autres gens…

 

à suivre…

 

 

 

© Benoit Bremer 2014

Toutes les photographies et tout les films présentés sur ce site sont la propriété exclusive de l'auteur, toute reproduction ou utilisation, sous quelque forme que ce soit, sans son accord express est interdite.

Design web et développement : Benoit Bremer.

 

Affilié AGESSA - siret : 478 548 621 00034